La construction du pont de Peljesac : c’est (peut-être) parti !

19 août 2018

C’est un vieux serpent de mer adriatique qui oppose depuis des années la Croatie et la Bosnie-Herzégovine. Zagreb veut construire un pont pour relier la péninsule de Pelješac au continent afin de contourner l’enclave bosnienne de Neum.

Les travaux ont débuté le 30 juillet.

C’est la troisième chance pour le pont de Pelješac, qui doit relier la péninsule du même nom à la côte croate, contournant l’enclave littorale bosnienne de Neum. Sa construction vient de (re)commencer le 30 juillet, avec une première réunion de chantier et la signature du procès-verbal par le consortium chinois China Road and Bridge Corporation, responsable du projet. Le 23 avril dernier, le Premier ministre croate Andrej Plenković avait signé le contrat.Pourtant, en Bosnie-Herzégovine, ce projet suscite toujours de vives polémiques. Trois aspects s’entremêlent dans ce litige territorial : le pont lui-même, la frontière terrestre entre la Bosnie-Herzégovine et la Croatie et le droit de libre accès à la mer ouverte.

Actuel président de la Présidence collégiale de Bosnie-Herzégovine, Bakir Izetbegović, après s’être longtemps opposé au projet, a récemment déclaré que son objectif n’était pas d’arrêter sa construction, mais de garantir à son pays le droit d’accéder librement aux eaux internationales de la mer Adriatique. Du côté serbe, la construction du pont et les questions de frontière sont deux sujets séparés. Le ministre des Transport et des communications de la Republika Srpska, Neđo Trninić, a ouvert un nouveau chapitre de cette longue histoire : si les problèmes persistent entre la Croatie et la Bosnie-Herzégovine au sujet de la construction du pont de Pelješac, celle d’un nouveau pont près de Gradiška, sur la rivière Sava qui marque la frontière septentrionale entre la Bosnie-Herzégovine et la Croatie, pourrait de nouveau être mise en difficulté. C’est pour cette raison que les représentants politiques serbes de Bosnie-Herzégovine ne s’opposent pas à la construction du pont de Pelješac, en attendant que la Croatie donne son feu vert à l’ouverture d’un appel d’offres pour le pont sur la Sava.

En 2010, les travaux du pont avait déjà été entamés et complétés à 3%. En l’occurrence, il s’agit de deux piliers qu’il faut désormais démolir pour recommencer la construction. On estime par ailleurs qu’il risque de manquer de travailleurs qualifiés pour réaliser le projet, non seulement dans le comitat de Dubrovnik-Neretva, mais même dans toute la Croatie. Le chantier pourrait donc attirer des travailleurs de Bosnie-Herzégovine, de Serbie, du Monténégro ou de Macédoine.

(Source « Courrier des Balkans »)

 

Publicités