LES CRÉDITEURS D’AGROKOR PRENNENT LE CONTRÔLE DU GÉANT DE L’AGROALIMENTAIRE

Cela ressemble à une sortie de crise. Les créditeurs d’Agrokor ont passé un accord pour se partager le capital du géant de l’agroalimentaire croate placé sous gestion provisoire de l’État depuis le début de l’année 2017. Les banques russes Sherbank et VTB possèderont 47% du nouvel Agrokor.

Le conseil des créditeurs du géant de l’agroalimentaire Agrokor a voté à l’unanimité, mardi 19 juin, un accord par lequel les créditeurs vont prendre le contrôle de la plus grande entreprise croate. Le compromis doit encore être formellement approuvé par le Tribunal de commerce de Zagreb, mais l’administrateur d’urgence, Fabris Peruško, a déjà rencontré le Premier ministre Andrej Plenković, en compagnie des membres du conseil des créditeurs et des fournisseurs d’Agrokor.

« Nous avons travaillé sur cet accord pendant plusieurs mois, nous avons finalisé les détails ces dernières semaines et nous avons vérifié que tout était légal, je m’attends donc à ce qu’il n’y ait aucun problème majeur », a déclaré Fabris Peruško. Andrej Plenković a salué l’accord, décrit comme « une bonne nouvelle ». « Cela montre la compétence des institutions croates, du gouvernement, du Parlement et de la justice, pour faire face à l’une des plus grandes restructurations d’Europe. »

Les principales parties impliquées n’ont pas encore révélé les détails de l’accord, qui doit définir le niveau des pertes sèches qu’accepteront les créditeurs ainsi que la répartition des parts de l’entreprise entre ses nouveaux propriétaires. Selon les hypothèses des médias croates, les banques russes Sherbank et VTB possèderont conjointement 47% des parts du nouvel Agrokor, le fonds spéculatif américain Knighthead Capital en aura 12%, tout comme les banques croates. 25% seront mis en obligations aux porteurs et 4% versés aux fournisseurs.

Agrokor était la propriété du magnat croate Ivica Todoric, jusqu’à ce que le scandale de sa dette abyssale et dissimulée éclate en janvier 2017. Parmi les 7,81 milliards d’euros de dette, Agrokor devait 1,3 milliard aux banques russes Sherbank et VTB. L’État croate a pris la gestion de l’entreprise en votant la « lex Agrokor ». Le groupe a été restructuré, sa dette en partie couverte et ses actifs les plus profitables vendus.

Le gouvernement croate craignait que la chute du géant agroalimentaire n’emporte avec elle l’économie du pays.

En 2015, Agrokor pesait 6,5 milliards de chiffre d’affaire, soit 16% du PIB croate, et employait environ 40 000 personnes en Croatie, 20 000 en Bosnie-Herzégovine et environ 70 000 en Slovénie via la chaîne alimentaire Mercator, achetée par Agrokor en 2014.

Source « Courrier des Balkans »

Publicités