PETITE HISTOIRE DE LA CRAVATE

L’histoire de la cravate commence en Croatie il y a plusieurs siècles. D’après la tradition orale, les filles et les femmes, quand leurs jeunes hommes et maris partaient à la guerre, leur confiaient une écharpe, comme une sorte de lien, de réconfort, de témoignage de leur présence dans des situations périlleuses. C’était aussi le signe qu’elles étaient dans leurs pensées et dans leurs prières. Portant cette écharpe, l’homme a montré ainsi qu’il appréciait ce geste  car elle le désignait comme  l’élu de son cœur. D’une manière symbolique, cette coutume signifiait la fidélité de l’homme à une femme et l’accentuait comme une vertu morale.

Les guerriers croates étaient réputés pour leur bravoure et leurs qualités de combattants.

C’est ainsi que Richelieu conseilla au roi Louis XIII d’intégrer dans son armée  les guerriers croates pendant la guerre de Trente Ans qui faisait rage dans toute l’Europe. Ceux ci, avec leurs chevaux très agiles et rapides avaient développé une manière peu commune de combattre. Les cuirassés européens peu mobiles, avaient très peu de chance devant des attaques vives comme l’éclair. Finalement, toute l’Europe parlait de leurs prouesses.

Après la bataille de Rocroi, ils sont intégrés en août 1643 au sein du nouveau régiment de cavalerie « Royal-Croate », qui deviendra le « Royal-Cravate ». Il sera de toutes les grandes campagnes sous Louis XIV, dont il portera la devise « Nec pluribus impar » (À nul autre pareil), ainsi que sous Louis XV, notamment durant la Guerre de Sept Ans. Rebaptisé à la Révolution 10e de cavalerie, il s’illustrera à la bataille de Valmy contre les Prussiens, ainsi qu’à Fleurus. Sous Napoléon, il devient le 10e Régiment de cuirassiers.

Une plaque dans la Cour d’honneur de l’Hôtel national des Invalides à Paris rappelle les hauts faits d’armes de ces régiments croates.

L’histoire dit que c’est le roi Louis XIII qui, un matin, alors que la cour se pressait autour de lui pour assister à « l’habillage du roi » a demandé qu’on lui mette au tour du cou un foulard à la « hrvat »., ce mot hrvat étant la forme croate de Croate

Adoptée par la Cour de Versailles, elle conquit bientôt les Parisiens du Grand Siècle et eut tôt fait de s’imposer dans le monde occidental, d’abord outre-Manche, puis outre-Atlantique.

Patrie de la cravate, la Croatie se devait d’être logiquement aussi celle de la plus grande cravate du monde ! C’est ainsi que le 18 octobre 2003, une cravate de 808 mètres de long sur 25 mètres de large fut nouée, en moins de onze heures, autour des arènes romaines de Pula. Il aura fallu pas moins de 8 250 m² de tissu, 120 kilomètres de fil et 300 heures de travail pour confectionner cette cravate titanesque pesant 450 kg…

Mais si la cravate trouve ses origines en Croatie, savez-vous que ce pays est à l’origine de nombreuses innovations ou inventions :

  • le stylo mécanique a été inventé en 1907 par Slavoljud Pinkala à Zagreb
  • la technique des empreintes digitales a été mise au point par le criminologue croate Ivan Vucetic
  • le premier ballon dirigeable à armature métallique a été construit par l’ingénieur zagrebois David Schwartz. À sa mort, ses plans furent rachetés à sa veuve par le célèbre constructeur allemand, le comte von Zeppelin, qui fit voler en 1900 son premier « Zeppelin« .
  • La première hélice marine a été inventée en 1827 à Motovun (en Istrie). Elle était en bois.
  • La première torpille a été mise au point par Ivan Lupis à Rijeka en 1866.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s