UNE SAISON TOURISTIQUE SOUS LA MENACE DU CORONAVIRUS

12 mars 2020 : Les annulations s’accumulent déjà. Le coronavirus va-t-il mettre à mal la saison touristique, pilier sur lequel repose l’essentiel de l’économie croate ? Les professionnels du secteur ne cachent plus leur inquiétude.

What do you want to do ?

New mailCopy

Le stradun, principale rue de la ville de Dubrovnik ressemblera-t-elle à cela ?

Le tourisme représente près d’un cinquième du PIB croate et l’impact du coronavirus sur ce secteur se fait déjà sentir alors que la saison 2020 vient à peine de commencer. Ainsi, un congrès médical international, qui devait se dérouler à Dubrovnik, vient d’être reporté. « Selon les hôteliers de Dubrovnik, la situation n’est pas si dramatique ni si grave. Certaines conférences plus petites ont été annulées en mars et avril mais les grands congrès seront maintenus », a néanmoins voulu rassurer Romana Vlašić de l’Organisation du tourisme de Dubrovnik à la télévision nationale HRT.

Pourtant, les commerçants et les restaurateurs du littoral ne sont guère optimistes. Ils craignent l’annulation de croisières et donc une chute de l’affluence touristique. Quant à Croatia Airlines, la compagnie n’a pour le moment suspendu aucune liaison aérienne européenne, mais il est évident que l’inquiétude monte et que le nombre de voyageurs est en baisse.

“Les réservations diminuent. Les frontières se ferment, les gens ont peur.”

« Les réservations diminuent. Les frontières se ferment, les gens ont peur », se désole Josip Prskalo, le propriétaire de l’hôtel Molo Longo de Rijeka. « On sent que la situation actuelle laissera des séquelles », confirme Đino Lukšić de l’agence de voyage ANABAR Tours. « De semaine en semaine, on nous demande de supprimer une partie des réservations effectuées auparavant et de décaler le paiement. C’est pourquoi je considère que le coronavirus affectera bel et bien le tourisme en Croatie », assure enfin Ivana Menđušić, la directrice de l’Hôtel Jadran à Šibenik.

Pour sa part, le ministre du Tourisme, Gari Cappelli, a confirmé la chute de visites touristiques et de réservations qui s’est amorcée à la fin du mois de février. Il a également expliqué que des mesures pour atténuer les effets du coronavirus sur le tourisme étaient en préparation, y compris la promotion accrue de l’offre touristique nationale. De leur côté, les professionnels du tourisme tentent déjà d’anticiper ces tendances négatives en proposant des réduction sur divers services allant jusqu’à 50%.Sharing Buttons